tumblr ntii2pyi optimise

 


 

" Pour ceux qui n'auraient pas lu cette Chronique depuis le début, nous tenons à préciser que le choix d'images décalées et burlesques est voulu. Ce site nous ressemble. De nature enjouée, nous pensons que la Voie est dans la Joie et non l'austérité. Rire de son vécu ne signifie pas le méjuger. Et rire de soi est tout de même plus agréable et plus juste que de se prendre pour un grand Mamamouchi ! "

Sabu/Anubis (Inpou, Anpou, Anoup, ou Anoupou en égyptien ancien et Anubis ou Anoubis en grec ancien) est un dieu funéraire de l'Égypte antique, maître des nécropoles et protecteur des embaumeurs, représenté comme un grand chacal noir ou comme un homme à tête de canidé.

Notre expérimentation n’a en soi rien de plus ni de moins que celle de bien d'autres êtres sur le chemin du retour vers Soi. Qu’avons-nous à ajouter ? Rien, sinon une couleur. Si l’épreuve est identique dans son exigence et sa forme, la manière dont elle se manifeste et se résout est dépendante des êtres en question. Il n’y a là aucun effet de hasard. Cette transformation repose sur notre "potentiel vibratoire", elle prend sa source dans notre hérédité humaine et cosmique, tout en étant étroitement reliée aux énergies cosmotelluriques. Ainsi la Vie fait chaque fois œuvre originale lorsqu’Elle se re-découvre en Elle-même à travers Ses manifestations. Elle s’expérimente dans l’illimité, l’un des traits les plus évidents de Sa nature. Alors que dire de cette couleur ? D’abord, que ce passage nous l’avons vécu à deux, simultanément, à la limite de nos possibilités physiques et mentales. Le couple fut notre meilleur allié et notre plus grand adversaire. Pendant plus de trois ans dans les Pyrénées, des états d’être paradoxaux se sont succédés sur un rythme cahotant, dans un éprouvant va et vient de sensations contrastées, au point que chaque instant nous offrait une vérité nouvelle.

Sous la houlette de Nita, j'appris à me mouvoir dans ce pays sans signe, car elle sait d’instinct la grammaire des états vibratoires. Sans sa science, sans son flair, rien n’eut été possible. Étant plus présente à elle-même que je ne le suis, elle sait nommer et reconnaître dans chaque situation l’enjeu (en-je) énergétique au-delà de l’événement, qui n'est qu'un symptôme aiguillant vers une explication d’ordre non matériel. Cette expérience fut d’autant plus éprouvante que nous la vécûmes en complet isolement dans un lieu qui contribua, telle une chambre d’initiation, à catalyser et exacerber ses effets. Ce processus vibratoire s’est accompagné de nombreux voyages et visions liés à différentes mémoires et à d’autres formes de vie. Se manifestant en dehors de toute volonté ou intention, puisque nous ne maîtrisons en aucun cas leur déploiement, ils se sont empilés comme autant d’éléments d’un puzzle qui restent parfois encore difficiles à assembler. Dans cet amas de données, c’est l’Egypte - l’ancien Pays de Lumière - qui s’est imposée à nous d’emblée, tout comme la vibration d’Anubis qui nous accompagna tout au long de cette mort du "moi". C'est la raison pour laquelle une partie de cette Chronique porte la marque de cette Terre et de Celui qui, Veillant sur le Passage, nous guida vers la Porte de cette antique Sagesse à laquelle nous sommes tous deux liés.

 

SACRÉES PYRÉNÉES !


Nita et moi avons toujours considéré que l’on peut rencontrer le Vivant dans un cloaque, car Il infuse en toute chose Son essence. Nos Êtres ont cependant choisi d’aller à la rencontre d’eux-mêmes, loin du monde des Hommes, dans la solitude et le silence d’un endroit préservé des tourments de cette fin de temps. Aux pieds des Pyrénées. Le temps de cette révolution intérieure, la destinée nous mandata - dans un petit hameau verdoyant et reculé - d'occuper une habitation octogonale des plus inhabituelles. Celle-ci joua un rôle si important, qu’il est difficile de dissocier la couleur de cette initiation-reconnexion de l'onde de forme où elle fut vécue, ainsi que du lieu où elle est implantée.

Map Gallia Tribes TownsANotre demeure temporaire - servant à médiatiser les vibrations-informations issues d’autres ordres de réalités - se situe dans l'antique Aquitaine (s'étendant jadis des Pyrénées à la Garonne jusqu'à l’Océan), dont la parenté de la langue avec le basque est aujourd’hui reconnue. Le village qui nous jouxte fut habité jadis par l'ancienne peuplade des Garoumnes (ou Garumni, Garunni en latin). Ces peuplades liguro-celte et proto-basque étaient regroupées "dans une confédération dont le point stratégique était l’oppidum abritant le sanctuaire du dieu solaire pyrénéen Abellio, au sommet de l’actuelle colline de Saint-Bertrand-de-Comminges. Vers la fin du IIIème siècle avant notre ère, les Volques-Tectosages (des celtes d’origine indo-européenne) st bertrand de commingesimposèrent leur protectorat à la confédération des Garunni, faisant de l’ancienne citadelle d’Abellio le centre de leur domination. Le site reçut alors le nom celtique de "Lugdunum". "Lugu" (ou "Lug") signifiant lumière et "dunum" hauteur, colline, forteresse. C'était la colline lumineuse, la colline du dieu Lug qui s’était substitué à Abellio comme protecteur des Garunni". (Toponymie du Nebouzan 1° partie, Notes de géographie historique, Pierre Gerard, Conservateur général honoraire du Patrimoine). Il va sans dire que cette région puissante et mystérieuse tint un rôle prépondérant dans notre histoire. Toute la chaîne des Pyrénées est un lieu où se décline une part de l'histoire originelle du monde, et qui jouera sans aucun doute un rôle déterminant dans cathédrale notre dame à st bertrandAl'à-venir. En cette fin d'année 2016 où nous écrivons cette Chronique, nos recherches historiques et géobiologiques ne font que confirmer nos ressentis à ce sujet. Elles feront d'ailleurs l'objet d'un futur chapitre : "Pyrénées, Terre Sacrée". Bien sûr, nous n'avions pas été parachutés sur cette terre par hasard ! Notre arrivée se fit suite à une mutation professionnelle subite, qui aurait pu nous amener n'importe où en France. Mais la vie nous porta là, résolument. Et nous le savions. Depuis longtemps déjà.

 

LE SARCOPHAGE, LIEU INITIATIQUE


tumblr oe21sx2q1F1tl7h9yo1A


C’est littéralement à l’Appel du Lieu et du Zome (v. plus bas) que Nita répondit ce jour de juillet 2011, et je la suivis malgré mes réticences liées à des considérations pécuniaires. A notre arrivée, sa construction venait à peine d’être achevée et, bien sûr, rien ne se déroula comme nous l’avions imaginé ! Notre installation "définitive" au sein de cette immense onde de forme prit du temps, le temps pour nous de comprendre ce qui se passait et de l'accepter. Car les choses ne furent pas simples dès le départ ! L'environnement était magnifique, notre habitat incroyable et nous étions heureux de ce nouveau départ de vie, mais quelque chose n'allait pas. Nita le sentit de suite. Tout semblait figé, pas un chant d'oiseau, rien ! La nature faisait la morte. Une pesanteur s'abattait sur nous, une chape de plomb nous clouait littéralement au sol et nous nous sentions de plus en plus mal ! Nous espérions que cela change, mais cela continuait. Nous étions comme coincés dans nos egos et une lourdeur, comme un cloaque que jamais nous n'avions ressenti auparavant, nous coupait de tous nos ressentis. Evidemment, nous nous interrogeâmes sur les raisons de notre présence en ce lieu d’où la vie semblait s'être retirée. Nous avions la pénible sensation d'être piégés dans une prison dorée et nous ne nous trompions pas ! La Vie (nos Êtres), juste en toutes circonstances, nous avait bel et bien attirés dans un sarcophage, d'où nous ne "sortirons" que 40 mois plus tard. Exsangues mais transformés !

Sidérée par ce qui nous arrivait  et au vu de la particularité du lieu, Nita testa l'habitation avec ses rods (baguettes de détection en géobiologie). Le Zome était énergétiquement telle une bulle : alors que l'intérieur était "ouvert", dès que l'on s'approchait des baies vitrées et des portes tout se "refermait" ! Et c'est l'inverse qui se passait, lorsqu'on le testait du jardin. Sous l'étoile du Zome (v. plus bas), il y avait un vortex mais il vibrait peu. Testé au géodynamètre (outil permettant de mesurer la nature et l'intensité d'une onde de vie), le Zome marquait "0", donc aucune vibration, totalement neutre ! Cela nous confirma ce que nous ressentions. Il devait y avoir un gros problème cosmotellurique dans le lieu et le Zome devait utiliser toute son énergie pour le neutraliser, alors qu'il aurait du vibrer fort et s'expanser. Notre première réaction fut de vouloir prendre nos jambes à notre cou ! Pendant les quatre premiers mois, nous ne déballâmes donc pas nos cartons, pensant devoir déménager au plus vite au vu de ce que nous pensions être un réel problème énergétique. Comme nos pensées créent nos expérimentations - et cela faisait aussi partie de notre initiation - Nita rencontra au même moment un géobiologue suisse, qui accepta de tester le lieu à distance. Et sa réponse alimenta nos inquiétudes : "Le lieu refuse toute construction et ceux qui s'en approchent. Le lieu se défend contre mon test, impossible de pénétrer ! Mais avant de devoir me protéger (dans ce cas plus de test possible), il me semble qu'il y a un gros problème d’implantation, le lieu rejette cette construction et du même coup tous les intrus qui cherchent à s'approcher." Il ajouta : "L'énergie d'un lieu sacré est beaucoup trop puissante pour pouvoir y habiter, de plus elle est souvent totalement instable, très difficile à stabiliser et à utiliser."


a8d9892cc60e42806fc15fb9e7803b5a       


Bien que ses dires trouvaient un écho à notre profond malaise, quelque chose ne cadrait pas, quelque chose n'était pas juste et, quoiqu'en pense ce géobiologue (certainement très bon dans sa science), là n'était pas l'explication. Le lieu nous avait réellement appelés et son appel était tout autant puissant que protecteur. Il y avait donc autre chose que nous ne voyions pas encore. Comme à chaque fois que nous nous trouvons dans une impasse, nous avons tout arrêté en nous comme autour de nous. Plus de pensées, plus d'explications, de vouloir, de recherche, bref, plus rien. Nous nous sommes mis le mental en stase et nous avons laissé venir. En nous levant le matin suivant, notre décision s'est imposée d'elle-même. Nous allions défaire nos cartons, nous installer et vivre l'aventure qui nous était proposée, quelle qu'elle soit ! Puisque nous étions là, c'est que cela était juste et nous savions déjà que ce retournement de conscience allait faire se retourner tout autant la situation. Dans un sens ou dans l'autre. Et ainsi fut-il fait ! Le calme revint avec une certaine légèreté, la vie reprit et la compréhension de la situation nous arriva peu de temps après. Il était évident que nous vivions dans un vortex et celui-là était bien plus puissant qu'il n'y paraissait. Malgré que le lieu nous ait appelés, il nous fallait passer le Gardien du Seuil (ou du lieu) afin d'être non seulement acceptés, mais aussi pour qu'il se dévoile énergétiquement. Il était essentiel, et aussi difficile, de se mettre en accord avec ce vortex. Pour comprendre son fonctionnement et pour apprendre à vivre en harmonie avec lui, nous devions d'abord accepter cette position que nous avions appelée, puis effectuer chacun et ensemble un réel travail sur nos parts d'Ombre.

Nous allions très vite comprendre la nécessité de nous dépouiller d'un lourd manteau désormais obsolète - mais qui nous avait permis d’évoluer dans notre "ancienne" existence -, afin de percevoir au mieux ce qui allait nous être donné de vivre. Nous crûmes tout d'abord que la chape de plomb que nous ressentions, exacerbée par les qualités de l'onde de forme dans laquelle nous étions, n'était que le poids que nous portions ! Sacrément lourd ! Trop lourd en vérité pour n'être que cela. Cette chape énergétique si puissante, qui nous tombait littéralement dessus, provenait des énergies du lieu à l'état brut. Chaotiques ! Quant à nous, si une certaine densité énergétique palpable nous avait été indispensable afin de pouvoir survivre au sein d'une grande ville, elle ne nous était plus utile et nous devions nous mettre désormais en accord avec une tout autre fréquence. Ce ne fut pas facile mais indispensable. Cette habitation devait être le lieu de la reconnexion à l’Être, que l’on nomme "initiation", ses qualités vibratoires particulières nous permettant de concentrer sur une courte durée la multitude d’expériences relatée dans cette Chronique. Si nous ne comprenions pas toute la signification de ce qui nous arrivait, notre savoir par contre reposait sur une réalité vibratoire perçue par nos corps sans être intellectualisé ; il était immanent à l’échange énergétique. C’est seulement pour la rédaction de cette Chronique, que nous entreprîmes des recherches afin d’expliquer au mieux cette expérience, la mettant en relation avec des travaux ou données déjà existants. Si nous l'avions gardée pour nous, le simple fait de l’avoir vécu eut suffit : nos cellules en portent encore la marque !
  

tumblr mzd3f2snXY1sf7mlto1 500             I Love Lucy7A 

Une chambre de gestation. C’est certainement la meilleure définition de ce que fut le Zome pour nous pendant ces années, car c’est en ce lieu que nous étions appelés à accoucher de nous-mêmes. Renvoyant chaque état émotionnel, amplifiant chaque pensée, il exacerbait les humeurs et exigeait de nous situer. Et c’est bien l’œuvre du 8 (nous vivons dans un Zome 8), l'arcane de La Justice dans le Tarot, la Voie Juste. Sur le fil ! Une vigilance de tous les instants nous était imposée, traçant une direction sans équivoque n'étant autre que la déconstruction du personnage. Et bien des fois nous chutâmes. Et bien des fois il nous sembla perdre la raison. Cette ascèse, nous la vécûmes parfois jusqu’à l’étouffement, parfois jusqu’à l’implosion, à huis clos. Sans contacts avec l’extérieur. Sans possibilité de communiquer quoi que ce soit avec qui que ce soit, car l’essence même de cette expérience échappait à notre compréhension. Et nous souffrîmes de ne pouvoir la partager. Et nous souffrîmes de ne pouvoir la reconnaître chez nos semblables. Mais qui étaient-ils en définitive ? Et qu’étions-nous, enfermés dans ce sarcophage doré qui, comme un miroir, nous plaçait à chaque instant face à nous-mêmes ?

Alors, nous avons évidé, raclé, et puis encore raclé pour mieux évider, pore après pore, cette protubérante vanité : le moi terrestre ! Illusion agissante à laquelle on rattache tout espoir ! Dans la solitude du monologue mental, l’Ombre et la Flamme nous éprouvèrent maintes fois. Bousculant les pensées et les lourds sentiments dans un mouvement insaisissable, elles l’affligèrent de sorte que de mort en mort, de reculade en retraite, il finit par déposer les armes. Brisé par l’indicible, l'impossible réalité trop ample et imprévisible pour donner prise à toute mesure, à tout contrôle. C’est dans ce cycle court d’expérimentation-assimilation - puisque par l’entremise du Zome, il ne dura pas plus de 40 mois - que nous nous sommes approchés de la lumineuse réalité que constitue notre Être. La  souffrance réelle mais temporaire, provoquée au moment de l’abandon des formes-pensées constitutives au véhicule incarné, est sans commune mesure avec l’espace conquis à force de morts dans lequel Celui qui Est peut se déployer ! L’initiation, c’est l’Être qui cherche son espace dans le véhicule.

Initiation pyramide


Notre Être multidimensionnel avait bien sûr déjà éprouvé les affres de l’initiation, et c’est certainement pour cette raison que nous pûmes la vivre ainsi. In fine, il s’est agi de réactiver un savoir acquis par nos Moi-parallèles. Cette information nous fut communiquée au moment de la "consécration" du Zome (v. plus bas) par une vision soudaine que j'eus de Nita en Égypte, du temps où les Hommes et les Dieux cohabitaient. Elle se trouvait dans une pièce sous une pyramide, une chambre d'initiation petite et carrée aux murs décorés de divinités égyptiennes. Des hommes aux crânes rasés, habillés de blanc et portant une ceinture d’or étaient présents. Nita, au centre de cette assemblée qu'elle présidait, semblait donner une initiation. Il s'agissait en réalité d'une importante cérémonie, où s'accomplissait la "Connexion de l’Emanation" par la consécration d'une Coupe dorée à la gloire de la Source. A l’intérieur de cette Coupe, un Nectar. La vision se termina par le geste de sacrement de Nita que je mimais, geste que son canal n'avait cessé de faire tout au long de son incarnation actuelle.

 

LE SARCOPHAGE ET L'ÉNERGIE DE LA SPIRALE


9fcc9a6de810bda92a


Ignorer qu'en tant que part du Vivant, nous sommes des êtres fondamentalement vibratoires sous influence permanente d'un océan de fréquences, dans lequel nous baignons à chaque instant, serait une belle méprise. Que cet ascendant nous provienne d'êtres visibles ou invisibles, de lieux ou d'ondes de forme, cela est du pareil au même ; nous sommes d'autant plus perméables que nous l'ignorons ou, pire, que nous pensons le maîtriser. Habiter une onde de forme n'est déjà pas en soi un acte anodin, mais lorsque celle-ci est implantée sur un lieu aux qualités opératives, cela entraîne une synergie vibratoire exponentielle affectant toutes les parties. Et c'est bien ce dont nous témoignons. Encore peu diffusés, "les Zomes sont des volumes géométriques composés de losanges agencés en double spirale. Ces formes, très peu connues au début du siècle, ont été mathématiquement codifiées par l'ingénieur Américain Steve Baer dans les années 60. C'est lui qui leur a donné ce nom en associant le ZO de rhombizonaèdre (nom géométrique de cette forme) et le ME de dôme. C'est en 1975 qu'ils apparaissent en France grâce au professeur d'architecture Jean Soum qui les utilisera pour créer de nouveaux prototypes d'habitat. Malgré de belles réalisations, notamment dans le sud-ouest de la France, l'idée reste trop marginale ou bien trop en avance sur son temps." (Yann Lipnick).

La spirale est la représentation d’un système de forces universelles, qui contribue à structurer toutes les manifestations du Vivant et marque le déploiement de la vie à travers ses polarités contradictoires. A l’instar de la molécule d’ADN, lorsqu’elle est au repos, c’est une structure en double spirale qui caractérise les Zomes. En lui même, un tel volume émet une onde de forme bénéfique, car il y a dans le Zome comme dans les pyramides "une concentration d’énergie, qui est positive et qui induit un fort champ de torsion droite. Cela neutralise les nuisances environnementales et les cheminées s’y installent. Un Zome est une excellente forme dynamisante, augmentant de 150 à 200% le champ vital. Il y a aussi au-dessous d’un Zome une « sphère astrale », comme sur les pyramides et menhirs (boule jaune lumineuse)." (Stéphane Cardinaux, Bioénergie, éd. Trajectoires, 2009).

"Le Zome est un kaléidoscope de conscience. La double spirale qui caractérise le Zome est la combinaison de l'horizontalité et de la verticalité, qui nous aide à atteindre ce niveau de lâcher prise nous permettant d'accéder à l'unité. La verticalité nous amène à la transformation et l'horizontalité à l'amplification. L'horizontalité est davantage liée à l'amplification de ce qui nous empêche de lâcher prise. A ce moment-là, le Zome joue le rôle de révélateur de ce que nous sommes et il peut nous aider à prendre conscience de nos limitations. La verticalité engendre la résonance de ce que nous sommes sur différents niveaux de réalité, nous rentrons là dans la réalité du monde multidimensionnel. Nous vivons à ce moment-là une élévation de notre fréquence vibratoire et rentrons ainsi en osmose avec la fréquence du Zome. Il s'agit tout simplement de lâcher prise." (Extraits interview de Yann Lipnick, "Rencontre avec un physicien, Pierre Piccaluga", http://www.zomes-concept.com/Jinterview.htm)


MAISON FINIE 029A


Niché dans un vallon et implanté sur un réseau géobiologique à la configuration extra-ordinaire (certainement du à sa contiguïté au Haut-Lieu surnommé "Le Mont Saint-Michel des Pyrénées"), le Zome que nous occupons est de forme octogonale avec en son centre une étoile à huit branches. Il a été construit suivant le rapport de la Section d’Or (ou Nombre d’Or), un rapport présent dans tout ce qui est vivant. "Le nombre d’or est le seul rapport qui met en résonance la partie avec le Tout, la créature avec son créateur. La Vie ne peut croître en complexité que si elle dispose d’un récepteur et d’un résonateur capable de capter l’information de la Lumière Divine. Créer un édifice sur le rapport du Nombre d’Or ne le rendra pas réellement vivant, mais va stimuler par résonance notre propre ADN, nos mémoires éthériques et les rendre plus performantes. Le Nombre d’Or n’est pas utilisé pour ses qualités esthétiques, mais surtout pour ses propriétés holographiques." (Stéphane Cardinaux, Géométries Sacrées, T1, éd. Trajectoires, 2004, p.198).



Pour toutes ces raisons, cet habitat dispose de qualités vibratoires qui l’apparente aux lieux sacrés. Longtemps d'ailleurs, nous l’avons considéré comme tel. Si cette pensée, qui porte en elle-même la division, nous a abandonnés depuis des années déjà - car ce que l’on qualifie de sacré n’est souvent qu’une forme de stupéfaction béate face à l’ingénierie des plans subtils perçue, ressentie et observée, mais incompréhensible à notre stade d’évolution -, les qualités vibratoires de cet espace sont une réalité sensible et clairement vérifiable (au moins pour certaines d’entre elles ) d’un point de vue géobiologique. Elles résultent de la relation entre l'onde de forme de la structure, son mode de construction, les forces cosmotelluriques du lieu et la fréquence/mandat de ses occupants. Il en découle, comme pour les temples, une énergie vibratoire spécifique qui amplifie les perceptions extra-sensorielles et facilite la communication avec d’autres plans de réalité. Le Zome fut donc pour nous le véhicule du Passage. Sa structure cristalline nous permit de vivre une initiation/reconnexion à marche forcée et d'entrer en relation avec d'autres manifestations de la Vie, étrangères le plus souvent à notre plan de conscience.

Géobiologie2A Géobiologie3

Deux ans après notre installation, nous fîmes faire une étude géobiologique du lieu afin d'en avoir le cœur net. Ce que nous vivions, ce que nous ressentions était trop particulier pour qu'il n'y ait pas d'explication tangible. Ou bien nous étions fous, mais il valait mieux le savoir ! Nous envoyâmes le plan ci-dessus, sans autre explication, à un géobiologue vivant dans le sud-est de la France, que nous ne connaissions pas mais qui nous avait été recommandé. Il ne savait pas qu'il travaillait sur un Zome et ne connaissait nullement ce type de construction. C'est à peine l'étude commencée qu'il nous appela tant il était surpris, pour nous annoncer que nous vivions dans un lieu sacré qui s'apparentait à un temple. La vibration du lieu se situait sur le plan spirituel et vibrait à cette époque à 200.000 Unités Bovis. Quant au rapport cosmotellurique, il était de 12/12, le maximum de l'étalonnage. Cela était déjà plus qu'insolite pour une habitation, mais il y avait autre chose et pas des moindres. Il nous demanda ce qui se trouvait au centre de cette demeure, car tout semblait rayonner de là et ce qu'il y avait trouvé l'interloquait. Il pointait sans le savoir le cœur du Zome, où se situait à huit mètres plus haut l'étoile à huit branches (à 8 mètres, une étoile à 8 branches, dans un octogone !).

Ce centre contient tout ce que l'on peut détecter en géobiologie : une cheminée cosmotellurique, un vortex (non répertorié sur le plan mais bien présent), un point étoile (croisement des réseaux Hartmann et Curry), une faille géologique, un cours d'eau souterrain et un réseau Solaire (ou Or, Peyré)  Nord-Sud "sans doute sacralisé" nous dit-il ! Ont aussi été détectées au pendule Equatorial 4 couleurs : au Nord Vert+ Magnétique, au Sud Rouge Magnétique, à l'Est Jaune Magnétique et à l'Ouest Bleu Magnétique. Cette étude nous confirma donc la vision de Loris d'un an auparavant (v. ci-après) ! Vu cette configuration singulière, nous pensons que les points "négatifs" (point étoile, faille, cours d'eau) sont non seulement maîtrisés par le réseau Peyré et le Vortex, mais qu'ils doivent avoir certainement une utilité qui nous dépasse. Par ailleurs, le terrain argileux (et donc conducteur) nous a interpellé. Au lieu que le sol favorise la pénétration des ondes cosmiques et participe ainsi à l'harmonie entre les rayonnements cosmiques et telluriques, ce dernier les réfléchit et les diffuse.

Au vu de la particularité du lieu et de notre trajectoire, nous ne pouvions que trouver une explication hors des sentiers battus. Nous sommes intimement persuadés (et cela nous sera confirmé en "canalisation") que ce fait, en général "néfaste", prend ici une tout autre tournure. Les énergies cosmiques s'engouffrent dans l'onde de forme, qui les imprègne de sa fréquence cristalline avant de les rediffuser à l'extérieur, accomplissant ainsi un rôle de "transformateur" et d'essaimeur de nouvelle fréquence. Bien sûr, nous ne sommes pas géobiologues et nous n'affirmons rien. Nous témoignons juste de ce que nous avons vécu pendant des années dans ce lieu. Nous savons cependant que bien des choses échappent à la mesure de l'Homme et qu'une nouvelle codification est déjà à l'oeuvre, nous demandant d'oser sortir du connu et de nous faire confiance pour aborder un tout nouvel enseignement dans une tout autre réalité. Bien évidemment, chacun reçoit à sa mesure et l'on ne peut percevoir ce que l'on ne contient pas encore. Les lieux ne se voilent ni ne se dévoilent. Ils sont. Et nous ne pouvons apprécier toute la palette de leur fréquence, qu'au diapason de la nôtre.

 

LE SARCOPHAGE, PORTAIL ÉTHÉRIQUE


0fcdc3efd50625fc91a2ef8f37d4fdd4


Le monde nouveau cohabite avec l’ancien, qui n’en finit plus de dépérir. Alors que celui-ci s’effondre à grands fracas, l’autre se développe en silence, posant les jalons qui détermineront dans un avenir proche l’évolution de la conscience planétaire dans le respect de la loi de l'UN. L’humanité Une, unie par la connaissance de son origine et sa reliance galactique, sera appelée à côtoyer d’autres races dans des espaces vibratoires différentiés. Ces rencontres ont déjà lieu par l’intermédiaire des êtres incarnés qui sont venus jouer ce rôle, celui d’être, en terre étrangère, la tête de pont de la mutation prochaine. Le Zome, de ce point de vue, a été pour Nita et moi le support de ces contacts. L’espace vibratoire formé par cette onde de forme, qui se déploie très largement tout autour, constitue une zone d’accueil, de passage, un point de rencontre avec d’autres manifestations de Vie, généralement issues d’autres plans d’existence. Précisons. La convergence entre différentes civilisations, sagesses et énergies, ainsi que d'autres modes de pensée n’est pas le fait du Zome mais d’une conjonction d’influences entre la structure, son implantation, sa situation plus globale dans la région, et à travers notre collaboration plus ou moins consciente.

Les qualités vibratoires du lieu se constituèrent par étapes et nos Êtres (ou Soi supérieurs), habitant nos intentions et nos gestes, y contribuèrent selon la part qu’il leur revenait. Tout commença fin juillet 2012 par une vision inattendue de la "Vierge Marie" ! S'il ne fait aucun doute à ce jour que ce n'était là qu'une image-référence acceptable par notre mental de l'époque, d'où nous venait cette vision et qui se cachait réellement derrière ? Le regard tourné vers le haut d'où émanait un Rayon Source, elle était vêtue d'une robe bleue foncée, portait un bouquet de roses rouges-pourpres à la main et derrière elle partaient des Rayons bleus. Le lendemain vers midi, la même vision réapparut. Nous la vîmes alors répandre des milliers de roses à l'intérieur et tout autour du Zome. Toute la terrasse était jonchée de roses, tout le jardin, tout l'espace autour du Zome et cette pluie de roses rouges-pourpres formait comme une cloche autour de l'habitation. Nous reçûmes que le lieu était consacré et qu'il était en train de s'activer. Puis quatre colonnes de couleurs, partant du centre de la terre, s'élevèrent aux quatre points cardinaux : le bleu à l'ouest, le jaune à l'est, le rouge au sud et le vert au nord (les 4 couleurs détectées en géobiologie). Elles se rejoignaient à l'étoile centrale pour donner naissance à une cloche cristalline s'étendant à une dizaine de mètres autour de la structure. Enfin elles changèrent d'aspect et se transformèrent en une lumière argent-cristal, qui descendit le long des parois. Une porte énergétique était en train de s'ouvrir.


Pluie roses colombe


Cette structure cristalline, dont la géométrie se superposait à celle du Zome, se métamorphosait en "sas" et délimitait ainsi un certain champ vibratoire. Nous entendîmes alors que nous allions être visités par des Êtres véhiculant de hautes fréquences (cela fut répété deux fois)  et que la structure énergétique qui prenait place était nécessaire afin de pouvoir les réceptionner. Elle n'était là qu'en tant que médiation, car nous ne pouvions pour l'instant les recevoir d'une autre manière. La Porte (ou sas) nous apparut et nous vîmes de nombreux Êtres à son seuil. La connexion était faite et désormais les communications avec d'autres sphères de conscience était tout à fait possible. On nous fit comprendre qu'il y avait plusieurs endroits sur la Terre où cela se passait actuellement, où cela était en train d'être mis en place, et "notre" lieu était l'un de ces endroits. Non pas bien sûr qu’il soit impossible de capter ce même flux d’information-énergie en d’autres lieux, mais plutôt que cette configuration particulière était nécessaire à la manière dont nous devions les recevoir hic et nunc. En effet, "le principe des échanges vibratoires est basé sur la loi de résonance cosmique, c’est-à-dire que les changements fondamentaux de tout être duel ne peuvent se faire que si l’être est au bon endroit, au bon moment et dans l’état idéal de réceptivité." (Etienne Guillé, Le langage vibratoire de la vie, éd. du Rocher, p.198)

Ce n'était que la première étape. Ce lieu, dont le potentiel n’était pas encore révélé, devait faire l’objet d’une activation impliquant notre concours pour pouvoir atteindre ses qualités vibratoires. Et c'est ce qui se passa quelques jours plus tard. Alors que je sortais du Zome, j'entendis ce que je perçus être le Chant de la Terre. Une vibration où tout était à l'unisson, accordé sur la même harmonique. En me retournant, je vis juste en dessous de l'étoile du Zome et partant du sol émaner un grand rayon argenté que j'identifiai au cristal. Il remontait en direction de l'étoile pour atteindre les nuées. Je rentrai, totalement habité par une intention qui dépassait infiniment mon personnage, pour me placer au centre du Zome face au Gardien du lieu. Les bras levés, les mains en posture d'offrande, j'affirmai : "Je Suis ce que Je Suis et Je reconnais Ce que Tu Es". Une phrase traversa soudain mon esprit : "Le temps d'activation est venu". A ce moment précis, je sus que Nita et moi étions devenus les Gardiens terrestres de ce lieu. En m’abaissant, je frappai par trois fois le sol au centre du Zome avec mon poing. Un tel flux d'énergie se déploya, que j’en restai cloué à terre ! C'est alors que le Zome s'illumina. Mille filaments blancs-argentés descendirent le long des parois à partir du rayon central. Ils prirent rapidement la couleur de l’arc-en-ciel, enserrant dans une maille étroite et lumineuse toute la structure. Le Zome éclairait la nuit, traversé par un grand Rayon s’élevant vers les étoiles...


            Vortex1 Copie                        Vortex2 Copie
                                 (Détail Vortex - Stéphane Cardinaux, Géométries Sacrées, T1, éd. Trajectoires, 2004, p.75 et 77)


Les vortex, favorables et rééquilibrants, se différencient par le nombre de leurs spires (de 2 à 7), ce qui influence leur taille, la distance entre leurs 2 centres et l'effet sur le biochamp (ou énergie vitale). 90% des sites sacrés avant 1350 av. J.-C. ont un vortex. "Comme la cheminée cosmotellurique, le vortex est une entité dont l'apparence éthérique est celle de deux spirales reliées entre elles. C'est le phénomène tellurique le plus puissant. Le vortex est une entité qui relie le Ciel et la Terre, il a comme fonction de transférer l'énergie d'un point tellurique à un autre grâce à son lien énergétique. Je n'ai encore jamais trouvé de vortex non accompagné d'une cheminée, leur énergie semble les attirer. A un certain niveau de conscience, il est possible d'activer l'énergie d'un vortex. Le mode opératoire a été jalousement gardé secret depuis des millénaires et se transmettait de maître à disciple dans des écoles initiatiques. Une fois actif, ce flux est même suffisamment puissant pour qu'une personne sensible soit déséquilibrée et doive faire un pas pour ne pas tomber. Par sa puissance, un vortex activé multiplie par dix votre corps éthérique. Vos perceptions sont aussi démultipliées et c'est principalement ce qui est recherché sur ces lieux. Les vortex ont de tout temps été utilisés par les chamans, les sorciers et les prêtres pour amplifier leurs perceptions extrasensorielles et suprasensorielles. Par leur fréquence vibratoire très élevée, les vortex favorisent la transcommunication avec les entités des autres plans. Activer et utiliser un vortex n'est pas sans danger car les rencontres peuvent mal tourner. Ces "portails" entre les plans sont très fréquentés par les créatures de bas astral, il est donc nécessaire de prendre quelques précautions à leur égard." (Stéphane Cardinaux, Géométries Sacrées, T1, éd. Trajectoires, 2004, p.74 et 78) Plus intéressant encore, il existerait des "portes astrales" : cylindres de 80 cm de large sur 180 cm de haut placés sur la spire du vortex, qui permettent de se connecter à d’autres réalités ! (Stéphane Cardinaux, Géométries Sacrées, T2, éd. Trajectoires, 2006)

Pour terminer cette étude, il est probable que nous soyons - et sans doute plusieurs de ces configurations sont présentes et fonctionnent en synergie - en présence d'une ligne de Ley ou/et de "tubes magiques" (que l'on peut confondre), étant à côté du Haut Lieu de Saint-Bertrand de Comminges. Les Lignes de Ley sont "des phénomènes qui combinent les propriétés des courants et des réseaux. Ces lignes droites relient des monuments avec une précision étonnante. Elles ont un début net et une fin nette, et ne sont jamais négatives. Leur orientation est aléatoire. Ce ne sont pas des tubes magiques. Au travers de ces lignes passe un flux continu d’énergie. Elles sont probablement artificielles (même si le savoir pour les installer s’est perdu)." (Stéphane Cardinaux, Bioénergie, éd. Trajectoires, 2009)

Les "tubes magiques" sont un autre phénomène éthérique permettant de relier les vortex des lieux sacrés entre eux. Ce sont des tubes éthériques, cylindriques et rectilignes d'un diamètre de 30cm à 2m, permettant de véhiculer l’énergie des édifices religieux du lieu de culte principal vers tous les autres d'un même ordre (transmission d’information). Ils ont été placés volontairement par magie opératoire et sont de couleur jaune. Il est possible de communiquer par ces lignes et que des entités (ou le corps astral) puissent transiter par elles. "Ces tubes ne sont pas symboliques, ils ont une réalité énergétique. Dès 5000 av. J.-C., ces tubes sont déjà en place. Dans l'Égypte ancienne, ils étaient appelés "tubes heka'', "heka" signifiant simplement "magique''. Les tubes magiques sont en principe fermés. Les activer consiste à ouvrir le tube, comme si vous ouvrez le robinet d'une conduite d'eau. Le flux d'énergie dans un tube activé est parfois si puissant qu'il vous fait basculer. Le choc est parfois tel qu'une personne sensible perd l'équilibre et se retrouve à terre." (Stéphane Cardinaux, Géométries Sacrées, T1, éd. Trajectoires, 2004, p.92)


st jacques mt olympe
(Ligne de Ley reliant le Mont Olympe à St-Jacques de Compostelle - http://www.eurogrille.fr/les-lignes-remarquables/ )


Ces références géobiologiques n'ont eu d'intérêt pour nous que celui de nous rassurer sur ce que nous vivions, et d'utilité que celle servant à expliquer le plus tangiblement possible cette expérimentation hors norme au sein de cette surprenante onde de forme. Cependant. Qu'il soit bien clair que nous ne faisons nullement l'apologie des Zomes, ni ne nous posons en référents quant à leurs capacités ou qualités. Chaque expérimentation est unique et dépend d'une convergence de plusieurs facteurs, toujours en rapport avec la fréquence et le mandat des intéressés. Quoiqu'il en soit, il ne fait aujourd'hui aucun doute que notre expérience présente toutes les caractéristiques de l’activation d'un vortex et de l'ouverture d'un Portail. Et évidemment, nous eûmes quelques passagers "indésirables" en transit. Et nous dûmes faire nos preuves. Un état de présence et de vigilance nous était demandé à chaque instant et c'est par une attitude neutre mais ferme, que nous apprîmes à délimiter notre espace, renvoyant chacun sur son plan lorsque c'était nécessaire. Au vu du nombre d'années, nous eûmes finalement peu d'intrusions lourdes, mais elles furent toutes initiatiques. Certaines furent si puissantes, leur présence si palpablement lourde, que l'ensemble de notre corps était parcouru de mille aiguilles et nous dûmes nous y reprendre à plusieurs fois pour qu'elles quittent les lieux. Les autres par contre furent plus insidieuses et plus difficiles à repérer, et c'est par le déséquilibre énergétique qu'elles suscitaient en nous que nous nous en rendions compte. Mais ces entités perturbatrices n'avaient de pouvoir que par nos propres failles et elles nous servirent ainsi à les repérer. In fine, elles furent d'une grande aide pour notre mutation et le tremplin vers une nouvelle fréquence. Tout en ce monde nous sert ou nous dessert, selon le Regard que l'on y porte, et en cela est notre Responsabilité.

 

LE SARCOPHAGE, STRUCTURE CRISTALLINE


tumblr o25oa8hWun1rxpllmo1 540


Faisant suite à cette activation, je nous vis Nita et moi portant des vêtements de célébration dans un espace vaste, lumineux et cristallin dans tous ses éléments, jusqu’aux objets d’ameublement. Etait-ce le Zome ? Cela y ressemblait. Mais ce n’était pas lui. Une projection dans notre densité d’une forme présente sur des plans plus subtils alors ? Pourtant, il s’agissait bien de notre habitation. Et dans le même temps, elle s’en distinguait sur divers aspects. Deux ordres de réalité s’interpénétraient. Nous vivions dans un cristal, habité par la paix et la quiétude ! Tout y était ordonné, calme et beau. Un autre temps ? Une forme idéale ?  A partir de sa base, toute la structure du Zome se déployait en sens inverse à l'intérieur du sol, le sommet de l'étoile pointant donc vers le centre de la terre d'où remontaient des vibrations de cristal. Le Zome était relié par le haut et le bas aux énergies cosmotelluriques et nous, au centre du vortex, étions traversés par une tranche de Lumière.

Ce n'est qu’un an plus tard que le lieu fut totalement opérationnel, apte à développer sa "fonction matricielle" : recevoir les impulsions-informations issues d’autres plans. Cette structure, associée au lieu, pouvait agréger, concentrer et diffuser différents flux vibratoires. Nos enregistrements rappellent l’émotion que suscita cette nouvelle. Le lieu avait acquis les qualités vibratoires requises. Nita et moi nous vîmes dans un espace blanc, une boule de lumière : l’espace du Zome, mais à un autre degré de perception. Et nous n’y étions pas seuls ! Certains des Êtres qui nous avaient accompagnés jusque là étaient présents, dont Anubis, Passeur et "Saint-Patron" des Gardiens de Porte. De Son sceptre, Il se mit à tracer un cercle tout autour de la structure, parlant dans une langue gutturale que nous ne connaissions pas. Et nous saisîmes que cet espace avait d'autres Gardiens : des "Piliers Célestes" nous dit-on, des Êtres non incarnés venant de plans de conscience élevés. Ces Êtres nous firent observer l’évolution du lieu, mais aussi l’évolution que nous avions vécue en parallèle, ces deux faits étant inextricablement liés. Il nous fut confirmé que nous étions les Gardiens terrestres temporaires du lieu et qu'il nous faudrait apprendre à veiller sur la Porte. Apparemment c'était quelque chose que nous savions déjà faire, mais dont nous devions retrouver la mémoire afin de la réactualiser. Fin janvier 2014, apparurent aux quatre points cardinaux du Zome 4 Lions Blancs. Des Gardiens ! Leurs rugissements d'or, lumineux, éclairaient les ténèbres et nul ne pouvait passer qui n'ait le cœur pur. Ils nous révélèrent que nous étions les Gardiens de l'Est et à ce jour nous n'en avons pas encore compris le sens ! Quoiqu'il en soit, nous étions désormais accordés à cet espace relié au cosmos et à l’intra-terre, mais aussi avec d’autres sphères de conscience présentant des fréquences similaires.

Lion Rugit


Cette structure cristalline n’est évidemment pas isolée. Assise sur le réseau énergétique terrestre, elle est en relation avec d’autres lieux ou structures présentant les mêmes caractéristiques et constituant autant de relais à partir desquels la fréquence nouvelle pourra être diffusée. De tels lieux ont existé sur Terre par le passé et, comme c’est le cas des multiples constructions pyramidales, certains d’entre eux sont toujours actifs. Ils ont une grande importance puisque c’est à partir de ces structures, qui entrent en résonance avec les flux issus de l’intra-terre et d’autres sphères dimensionnelles, que la surface de la Terre pourra être ensemencée par la nouvelle vibration. Ces lieux, parfois isolés oubliés ou méconnus, parfois gardés par des êtres incarnés, ont été ou sont préparés comme des points d’ancrage des codifications nouvelles contenant les données du futur cycle d’expérimentation. C'est la raison pour laquelle ils constituent des matrices de l'évolution prochaine et il ne fait pas de doute que toutes les structures cristallines sont reliées entre elles.

Nous perçûmes à plusieurs reprises une connexion (ou mise au diapason) de ces lieux particuliers qui, à partir d'une impulsion centrale générée par la grande pyramide, se mettaient en résonance, ce qui décuplait leur puissance évidemment. Au-delà de cette réalité, ces lieux sont les correspondants énergétiques de lieux ou structures se situant sur d’autres plans ou sphères de conscience. Cela nous rappelle l'enseignement de Thoth : "Tout ce qui est en haut est comme tout ce qui est en bas."  Ces espaces se rattachent non seulement au réseau énergétique terrestre, mais aussi au réseau énergétique cosmique, même si cette image est loin de refléter la réalité de ce que nous pûmes percevoir et ressentir. Ils constituent à ce titre des sortes de représentations (implantées dans notre densité) de l’Ordre des Planificateurs, chacun d’entre eux portant la couleur-vibration de la Lignée qu’il représente. Il s’agit somme toute d’une affiliation vibratoire intime, difficile a expliciter et qui est de l'ordre de la "re-con-essence".

Nous ne pouvions clore ce chapitre sans citer Stéphane Cardinaux, dont l'aide fut précieuse pour nos recherches géobiologiques : "Lorsque la conscience fait taire le mental et accède au non-temps, toute la réalité devient une vaste illusion où chaque chose, chaque événement prennent l’allure d’un signe pour qui sait l’interpréter. Le passé, le présent et le futur ne forment plus qu’un, les causes créent des effets et les effets des causes. Tout se superpose et c’est très dur pour notre mental habitué à tout classer. Le hasard n’existe pas, tout est synchronicité. Tout est inscrit à l’avance (futurs possibles), cependant tout peut être changé à chaque instant (le maintenant). Dans ce contexte, les notions de salut, de réincarnation, de vie éternelle prennent un tout autre sens. Le monde se crée en permanence. Nous nous incarnons sans cesse. Le salut est dans l’ici et maintenant." (Bioénergie, éd. Trajectoires, 2009)

 

 0e83518d5b2842da6d6c54a7f175118a

 Le Salut est dans un Nouveau Regard !